Catégorie : BUSINESS

Challenge fait le point sur les résultats du groupe Kering (Gucci, Saint Laurent Balenciaga).

À retenir :

  • +3 milliards de chiffre d’affaire en 2017, soit 15,47 milliards d’euros.
  • Gucci porte cette croissance, réalisant une année spectaculaire sous l’égide d’Alessandro Michele.
  • Kering officialise son désengagement (progressif) de Puma.

Lire également : Ce que cache la vente de Puma par Kering

street_style_milan_fashion_week_dia_1_gucci_29965926_1800x1200.jpg

Les Échos : LVMH passe le cap des 5 milliards de bénéfices

À retenir :

  • L’Asie est la zone de business la plus dynamique (+20% de croissance des ventes).
  • La division Mode du groupe reste forte, portée par Vuitton. (+27% de rentabilité opérationnelle)
  • Les acquisitions de Dior Couture et du malletier allemand de luxe Rimowa (confié à Alexandre Arnault) ont également été profitables. (À noter que le rachat de Dior augmente la dette nette du groupe de 120%)
  • Contrairement à Gucci qui choisit de s’inscrire dans la tendance, LVMH joue la prudence. Chez Louis Vuitton, on préfère la « montée en gamme et le renouvellement de l’offre ». (source : Les Échos)

SUN.jpg

Fashion Network nous explique pourquoi Chanel ne veut pas de e-commerce pour sa mode et ses accessoires.*

À retenir :

  • e-commerce = perte d’exclusivité et d’attractivité
  • e-commerce = transparence des prix, qui contrevient aux principes fondateurs du luxe
  • e-commerce = perte d’expérience client en boutique, primordiale dans le luxe

*Cosmétiques et parfums disponibles déjà à l’achat en ligne.

« Nous ne cherchons pas à développer nos ventes par un nouveau canal de distribution alors que nos boutiques marchent très bien. Le digital, pour nous, c’est un moyen de faire venir les clients dans nos magasins » Bruno Pavlovsky, président des activités mode de la griffe. (source : Fashion Network)

Vue de Chine par Jing Daily (eng.)  : What Does “Going Digital in China” Mean in Light of Chanel’s Resistance?

Chanel-1240x930.jpg

img_6677.jpg

Nelly Rodi est un Bureau de tendances français, basé à Paris, New-York et Tokyo. Chaque année, il publie ses prévisions comme ici pour le segment Femmes de l’Automne/Hiver 2018-19.

Sur son site internet, NellyRodi se définit plutôt comme « une société de conseil en innovation et en création ». Découvrez les différents métiers et les missions que cela intègre.